Rencontre avec Jérôme L’Hotsky, scénariste

Jérôme L’Hotsky est un scénariste français qui a participé à l’élaboration de nombreuses comédies, notamment « Case départ » de Thomas Ngijol et Fabrice Eboué, et « Un village presque parfait » de Stéphane Meunier, sorti en salles cette année. Il a également travaillé en tant que réalisateur, pour le film « Fool Moon » sorti en 2007. Il nous a reçu au bord de l’eau, sur une plage privée de la croisette. Rencontre avec ce scénariste qui vit le Festival de Cannes depuis des années, toujours avec le même enthousiasme.

 

Pouvez-vous vous présentez en quelques mots ?

Je suis Jerôme L’hotsky, je suis principalement scénariste, j’ai fait aussi quelques projets en réalisation notamment un film qui s’appelle Full Moon, j’espère que vous l’avez vu, même si vous n’êtes pas beaucoup à l’avoir vu (il rit). Je m’apprête aussi à faire de la production de cinéma.

 

Pouvez-vous nous expliquer en quelques mots comment on élabore un scénario ?

D’abord, pour les scénaristes professionnels que nous sommes, il y a deux cas de figure : soit c’est une commande, donc là on nous demande de travailler pour un scénario déjà écrit, une version qui a besoin d’être améliorée. Soit on écrit des scénarios que l’on appelle « on spec», c’est à dire une idée qui est la notre et que l’on développe soit complètement en version dialoguée, soit sous forme de traitement et que l’on va vendre par la suie. Personnellement, j’ai fait beaucoup de commandes ces dernières années, et donc là évidemment tout dépend des commandes que l’on dispose.

 

Le processus doit être différent en fonction des différents projets sur lesquels vous êtes amené à travailler, non ?

Effectivement. Je vous donne un exemple : on a commandé une adaptation, c’est d’ailleurs un film qui est encore à l’écran qui s’appelle « Un village presque parfait ». C’était un film québecois, donc là on part d’un matériau très avancé puisque le film existe déjà. Mais de manière générale on passe toujours par le biais du séquencier.

 

Est-ce que ça vous arrive d’aller directement démarcher un producteur ou un réalisateur avec votre propre idée ?

Oui bien sur. C’est une autre façon de travailler.

 

De manière générale, vous travaillez seul ou en groupe ?

J’ai travaillé longtemps seul et dans ce cas là on va travailler très vite avec le réalisateur pressenti puis avec le producteur. Mais depuis quelques temps je travaille avec un petit groupe d’auteurs, donc là on peut dire que j’ai les deux expériences, travailler seul et en équipe.

 

On a remarqué que vous écriviez principalement pour des comédies, pourquoi ce choix ?

Parce que je suis drôle. (rire)

 

Cela fait combien de temps que vous venez à Cannes ? Comment faites-vous pour avoir vos accréditations ?

Cela fait vingt ans que je viens chaque année à Cannes. Je suis un auteur professionnel donc je suis directement accrédité par notre organisme de référence qui s’appelle la SACD (Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques). Ils disposent d’un quota de places assez important pour les auteurs, il est rare qu’on n’obtienne pas d’accréditations. Je sais que pour les comédiens il y a souvent plus de demandes que d’offres. Pour les auteurs, il y a toujours de la place.

 

Au cours de ces vingt ans, quelles sont les différentes raisons qui vous ont amenées à venir au festival ?

Je pense qu’il faut bien faire la part des choses, au festival il y a très peu de gens qui viennent dans le cadre d’un film en sélection. La plupart des gens viennent pour le marché du film, qui existe depuis moins longtemps que le festival, -environ trente ans – qui représente vraiment un aspect parallèle aux films en compétition, où on vient uniquement pour vendre ou acheter. Donc je fais parti de ces gens qui viennent pour vendre ou acheter des choses, en général c’est plutôt pour les vendre. Le Festival nous permet aussi de garder un réseau professionnel actif, et ça c’est très important, ou le nourrir et rencontrer des personnes avec qui on pourra travailler par la suite.

 

Justement, quelles sont les rencontres professionnelles les plus marquantes que vous avez faites à cannes ?

Une m’a particulièrement marqué, c’était lors de mes premières années à Cannes. On dit souvent qu’en France c’est très difficile de rencontrer les gros producteurs, les personnes importantes dans le cinéma, contrairement aux États Unis ou c’est souvent plus simple. Je pense que c’est vrai. Les premières années où je suis venu à Cannes avec un projet de producteur, je ne connaissais personne, j’étais avec un de mes associés et on a essayé de voir Harvey Weinsten le patron de Miramax, on peut pas faire plus gros dans le monde,et bien ce monsieur nous a reçu pendant vingt minutes dans le hall du Carlton, le lendemain de notre demande. J’avais trouvé ça assez exceptionnel, il nous a donné notre chance, on a failli faire le film avec lui mais ça ne s’est pas fait pour des raisons techniques. Ça reste une rencontre extraordinaire, rencontrer Harvey Weinstein alors qu’on n’avait aucun contact, c’était formidable.

 

Quel film et particulièrement quelle histoire vous a le plus marqué en vingt ans de festival ?

Je vais vous donner une réponse assez classique : Pulp Fiction mais aussi le film de Michael Haneke, Funny Games, qui a fait un véritable scandale à l’époque. Michael Haneke a d’ailleurs fait un remake américain de ce film avec Tim Worth. Ça m’a vraiment marqué parce que tout le monde sortait de ce film, dont moi, en se disant « mais qu’est-ce que c’est que ce truc?C’est scandaleux, on nous prend en otage, c’est hyper violent etc. » Et le lendemain, comme beaucoup d’autres gens, je me suis dit que j’avais vu un chef d’œuvre. C’est étrange le cinéma parfois.

 

Et cette saison ?

Alors cette saison c’est très clair, je n’y suis pas encore allé. Je ne vais pas voir beaucoup de films, mais par contre je m’intéresse aux avis des gens, j’écoute.

 

Est-ce que vous avez envie de continuer à écrire des histoire pour le cinéma, ou avez vous envie de faire autre chose ?

Je n’ai pas encore vraiment fait de la production, j’aimerais beaucoup en faire pour des raisons de liberté éditoriale, et pour travailler avec d’autres gens. Sinon, j’aimerais aussi beaucoup faire du montage, parce que je trouve que ce qu’il y a de formidable dans le matériau audiovisuel c’est le montage. Je ne fais pas parti des personnes qui croient que l’élaboration d’un film commence réellement au montage, en tant que scénariste je n’ai pas envie que l’on change grand-chose, mais ça me fascine tout de même, je trouve ce processus assez magique, donc je pourrais être monteur.

 

Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui souhaitent devenir scénariste ?

Écrire. Certaines méthodes qu’on apprend dans les différentes écoles sont très intéressante mais je pense que ce qu’il y a des plus important c’est la pratique. Moi j’écris beaucoup, et je m’astreint comme un romancier à écrire au moins 4 pages par jour. Je sais que les romanciers qui écrivent beaucoup se donnent ce genre de repère. Je pense qu’il ne faut pas avoir peur de se lancer, d’écrire ce que l’on a envie d’écrire.

 

L’envie de devenir écrivain vous a t-elle déjà traverser l’esprit ?

En fait je n’ai pas vraiment le temps parce que j’ai la chance d’avoir beaucoup de commandes. Être écrivain représente un travail bien supérieur au notre. Quand j’écris 100 000 signes pour un scénario, un romancier en écrira 500 000 . Depuis que j’ai compris ça, j’ai beaucoup plus de respect pour les romanciers, et même les mauvais.

 

Clémence Putegnat et Alexandra Papouin

Le 21 mai 2015

Yves Alion : Rédacteur en chef d’Avant-Scène Cinéma

Yves Alion est rédacteur en chef d’Avant-Scène Cinéma. Cette revue perdure depuis 1961, à hauteur de dix tirages par an.

 

Quelle est la différence entre votre travail à Paris et à Cannes ? 

Mon travail à Cannes consiste à voir des films et rencontrer des gens que j’aime bien, et puis prendre du bon temps. Alors, est-ce que c’est du travail ? Mon travail à Paris n’est pas suffisamment encadré pour que je puisse dire que j’ai un travail à Paris. En fait j’ai toujours eu un patchwork d’activités dans différents médias ou différentes causes, qui à la fin du mois finissaient par former un tout. Maintenant je n’ai pas un travail. Même ce travail à l’AvantScène n’est pas le même tous les mois. Il y a des numéros sur lesquels j’interviens beaucoup et des numéros sur lesquels j’écris très peu, où je me contente d’être rédacteur en chef. En fait il n’y a pas deux mois qui se ressemblent.

 

Trouvez-vous autre chose que du réseau professionnel à Cannes ?

Oui, je vois des films ! Maintenant c’est vrai que c’est sympa de rencontrer des gens. On a l’impression que c’est très furtif et très léger, mais en réalité quelques fois on fait des vraies amitiés à Cannes. Ça m’est arrivé. Voilà, on parle beaucoup, on croise beaucoup de gens qui disent « salut ça va ? », « oui ça va ! », « t’as vu ça ? », « oui j’ai vu ça ! », « à la prochaine ! ». C’est vrai que c’est pas toujours formidable. Maintenant, ça fait trente ans que je viens à Cannes et mon vécu cannois n’a pas toujours été le même. J’ai commencé comme l’un des journalistes de La Revue du Cinéma, et je voyais cinq films par jour, j’avais l’impression de pas sortir de la salle de cinéma. En fait les dix années les plus intéressantes ont été les dix années pendant lesquelles j’ai travaillé pour les festival, toutes les années 90, où j’animais Un certain regard et les hommages. Avec en moyenne vingt-cinq réalisateurs par an, ça fait déjà près de 250 rencontres. Pendant ces dix ans, j’ai beaucoup interviewé, notamment pour le cahier du festival, présenté des films, animé des conférences de presse… Vraiment je courrais dans tous le sens, c’était de l’adrénaline à 100%, et c’était bien. Voilà, et maintenant c’est cool et c’est bien aussi.

 

Et après 30 ans de festival, les années se ressemblent-elles ?

Mes premières années ne ressemblent pas aux années actuelles. Et même elles ne se ressemblent pas vraiment entre elles. Ca dépendait et du contexte et des invités que j’étais invité à côtoyer ou pas. C’est vrai qu’il y a eu une année où Anjelica Huston présentait son film, donc j’étais un peu avec elle, et il y avait Al Pacino. Je me suis retrouvé avec Al Pacino sur scène, à traduire ce qu’il devait dire. Alors je flippais en me disant que j’allais rien comprendre. Finalement, ça c’est pas trop mal passé. Et la même année, en parallèle du festival, on m’a proposé d’animer une conférence de presse. Voilà donc je me souviens de cette année-là car c’était assez concentré. Je dois dire que j’en suis ressorti assez heureux. Il y a d’autres années qui étaient moins excitantes et maintenant, je vois des copains, je vois quelques films dans la journée, et je fais des rencontres comme aujourd’hui (il rit).

 

Quelle est votre plus belle rencontre à Cannes ?

On fait des rencontres tous les ans ! De là à dire marquantes, ça dépend de ce qu’on appelle marquant : si j’en ai gardé un lien affectif ou si c’était incroyable, ou encore totalement débile… J’ai le souvenir d’une année où il y avait une rétrospective John Ford, et j’ai rencontré Claire Trevor. Elle donnait la réplique à John Wayne dans La Chevauchée Fantastique en 1939. Maintenant, sur le plan du cinéma, si je devais citer une rencontre, il s’agit de Dino Risi. Il était pour moi l’un des plus grands cinéastes du monde. On a gardé le lien, on s’est appelé, on s’est écrit jusqu’à sa mort. Aussi, il y a la cinéaste chinoise Xiao-Yen Wang. Elle est venue en 1995 à Un Certain Regard avec son premier long-métrage qui s’appelait La môme singe. C’était il y a maintenant 20 ans et nous sommes toujours très amis. Non seulement je la vois aux Etats-Unis quand je m’y rends, mais aussi deux ans après notre rencontre, nous nous sommes fait un mois de voyage en Chine. C’est là où je me disais que finalement, les rencontres à Cannes ne sont pas si volatiles que ça.

  

Pour vous, quels sont les meilleurs film de cette saison 2015 ?

De ce que j’ai vu en compétition qui m’a vraiment plu, je dirais le film de Moretti et de Todd Haynes. Les Cowboys aussi, qui est passé à la quinzaine. Ce sont vraiment les deux qui m’ont le plus plu en compétition, mais après je ne les ai pas tout vu. Et bien sûr il y en a que j’ai vu et qui ne m’ont pas plus emballé que ça. Bravo à tous ceux qui arrivent à remplir le tableau de quotation, en ayant quasiment aucune case vide. Ça demande vraiment de se lever tôt le matin et de se coucher tard le soir, et de ne pas beaucoup arrêter entre les deux. Moi, je prends davantage mon temps !

 

Et le moins bon film ?

Alors j’attendais pas énormément du film de Valérie Donzelli, dont j’avais beaucoup aimé La guerre est déclarée. Le moins qu’on puisse dire, c’est que celui-là, je n’ai pas accroché. Et c’est peu de le dire (il sourit) ! Non mais c’est pas intéressant de dire du mal des films. C’est tellement de boulot, c’est tellement d’investissement de faire un film. Bravo à tous ceux qui en font un. Et j’ai rencontré des gens qui avaient aimé son film, je suis très heureux pour elle.

Pauline Auffret

Chronic, le dernier film bouleversant de Michel Franco

Hier matin avait lieu la première projection de Chronic, premier long-métrage américain de Michel Franco. Sur le thème de la maladie, ce film a secoué les festivaliers présents au Théâtre Lumière.

CHRONIC 2015

Vendredi 22 mai, 8h30. La salle est pleine pour la première projection de Chronic, de Michel Franco. Elle redécouvre Tim Roth dans le rôle d’un infirmier qui s’occupe de malades en phase terminale. On suit son quotidien, et on entre petit à petit dans son intimité, mais aussi celle de ses patients. Chronic est à la fois beau et dérangeant, et c’est pour ça qu’il est réussi.

Il faut dire que pendant les vingt premières minutes, toute la salle se questionne. Mais qui est donc cette jeune femme dont s’occupe David ? Le personnage est proche de ses patients, il y met tout son cœur, et ça se ressent. Tout au long du film, nous suivons ses émotions autant que ce qu’éprouve les malades : l’inquiétude, la gène, la compassion, le respect. Et on ressent aussi son mal-être, ce qu’il a subit et qui n’est pas exprimer explicitement dans le film. Tim Roth incarne un personnage qui soigne les autres mais qui ne guérit pas lui-même.

Et pour insister sur le travail répétitif de David avec toujours autant de dévouement, Michel Franco insiste notamment sur les plans séquences et fixes. La caméra ne bouge pas, et nous assistons aux scènes presque comme si nous y étions. Pour ce premier long-métrage américain, il a donc choisi de parler d’un sujet choc qui n’épargne rien, pour un résultat époustouflant.

Juliette Labracherie

Palme de l’audace pour Yorgos Lanthimos

Le cinéaste grec a remporté dimanche le prix du jury pour son film The Lobster. Certainement le film le moins prétentieux et le plus original présenté en compétition cette année. Porté par une histoire totalement loufoque et absurde, le film aurait pu tout aussi bien remporter le prix du meilleur scénario. En effet le réalisateur nous dessine une réalité improbable où les individus qui ne trouvent pas l’amour sont destinés à se transformer en l’animal de leur choix.

Dans le monde imaginé par Lanthimos, les Hommes doivent trouver l’âme sœur en quarante-cinq jours sous peine de se voir transformer en animal. David (Colin Farell) vient de perdre sa femme et se retrouve donc dans un hôtel pour trouver au plus vite une nouvelle compagne. S’il ne trouve pas l’âme sœur, il deviendra un homard, parce qu’ils vivent plus de 100 ans. Un événement va le pousser à fuir et à rejoindre une communauté nommée « Les Solitaires ». Des individus qui vivent dans la forêt et bannissent les relations amoureuses.

Avec The Lobster, Lanthimos s’essaye à un exercice radicalement différent de ses autres films. Dans Canine et Alps, le réalisateur confrontait les spectateurs à des scènes glaçantes et dérangeantes, quitte à les mettre profondément mal à l’aise. Dans son nouveau film, le cinéaste apporte une touche d’humour particulière qui nous entraine dans son délire surréaliste.  Les situations amusantes s’enchainent jusqu’à nous rendre insensible aux scènes dramatiques. Ainsi lorsqu’une femme agonisse par terre après s’être jetée d’une fenêtre, on ne peut s’empêcher de sourire en voyant la  « femme sans cœur » (Angeliki Papoulia) indifférente, presque énervée d’entendre gémir cette femme souffrante.

thelobster_illustration4

Côté casting, le cinéaste grec a pour la première fois ouvert son casting à l’international. On retrouve ainsi, un Colin Farell incroyablement bon dans le rôle de David, ainsi que la française Léa Seydoux qui joue parfaitement le rôle d’une chef de clan impitoyable. S’ajoute au casting, John C. Reilly, Ben Whisaw et l’actrice Rachel Weisz.

Lanthimos a aussi fait appel à son actrice fétiche, Angeliki Papoulia, déjà présente dans Canine et Alps qui campe une femme cruelle et effrayante nommée la « femme sans cœur ». Ariane Labed présente aussi dans son précédent film Alps, joue le rôle d’une bonne qui trahit sa hiérarchie pour s’allier au clan des « Solitaires ».

Caroline Perrichon

« YOUTH », l’âge d’or pour ce Festival de Cannes

Deux ans après son film la Grande Bellaza, Paolo Sorrentino revient en compétition au festival de Cannes pour nous présenter Youth, un film réflexion sur la vieillesse, incarnée par le duo d’octogénaires Fred Ballinger (Michael Caine) un  compositeur de musique apathique  à la retraite et Mick Boyle (Harvey Keitel) un ancien réalisateur de talent sur le point d’achever sa carrière avec une œuvre « Testament ».

youth_illustration

Dans cette composition originale située dans  un spa en plein cœur de la suisse, Sorrentino nous  livre face à une douce contemplation sur l’amour et la rancœur, sur la vie passée voire perdue et redonne au Grand Age l’espoir de revivre une nouvelle jeunesse, forme de rédemption pour certains, renouveau pour d’autres.

Le leitmotiv mélancolique du film force à nous attendrir pour ces deux retraités qui décident, malgré leur grande amitié, à ne partager que les bonnes choses de la vie ; un lien « vital » les unit et va les pousser à tromper  leur 80 ans et peut –être réussir un jour, qui sait, à pisser…

Mais en dépit tout cet optimisme,  de l’esthétique fraiche et revigorante des décors du film et des quelques ressors comiques  de ce duo de retraités, certains des personnages secondaires du films manquent parfois de profondeur, notamment en ce qui concerne le personnage de Jimmy Tree joué par Paul Dano, créant quelques imperfections et des longueurs dans le films.

Romain Rocher