Are you happy to be in Cannes ?

Cette année à Cannes, tout change. Même la cérémonie d’ouverture. Animée par un Edouard Baer en grande forme, toujours sur le fil, faisant alterner l’humour absurde qu’on lui connait et une poésie lunaire sur fond de discrète partition au piano, la soirée aura mis sur scène, pour la première fois, le délégué général du Festival Thierry Frémaux et le Président Pierre Lescure, jusqu’alors plutôt tapis dans l’ombre alors que la lumière nimbait les seuls visages des stars. Une cérémonie presque backstage, dans la cuisine d’un festival qui affiche ses opinions, ses partis pris, son désir de renouvellement.

Seul Laurent Weil, finalement, aura échappé au vent de fraîcheur. Dans le rôle difficile de celui qui tend son micro à Pénélope Cruz sans se faire piétiner par ses talons hauts ni par le pneu de la Renault Talisman Initiale qui manque de peu de lui rouler dessus, le journaliste de Canal Plus aura posé, pour la mille trois cent soixante treizième fois depuis son premier festival (si nos calculs sont bons) SA question fétiche : « are you happy to be in Cannes ? ». Comme si monter les marches c’était la loose, comme si y présenter un film n’y était pas plus excitant que la traite des chèvres dans une basse vallée de l’Ardèche, comme si mettre une robe de soirée sublime relevait de la corvée ultime comparable au travail sur les chaines de montage de Flins… où est produite la Renault Talisman Initiale qui manque de peu de rouler sur les pieds de Laurent Weil. Bref, au journaliste de Canal revient sans doute la palme de la question con, sans intérêt, à laquelle même un prix Nobel ne trouverait rien d’intéressant à répondre. Que voulez-vous que je vous dise ? Evidemment que je suis content, évidemment que je suis excité comme une puce, et alors ?

La question de Laurent Weil a au moins une vertu, qui la tire de l’absolue vacuité. Elle souligne tout de même quelque chose d’essentiel et d’incroyablement vrai pour quiconque connaît un peu le Festival : tout le monde est content d’être là. Ce qui relie Pénélope Cruz et Elodie, Jacques, Grégoire et Maxime qui sont sur les échelles devant les marches, c’est la conscience de leur chance. Et ce bonheur-là, cette excitation-là, sont aussi des vérités du festival. Alors merci, Laurent Weil, de dire finalement l’essentiel à travers une question con. Parce que oui, on est heureux. Happy. Basique. Simple.

Laurent-Weil
« Are you happy to be in Cannes ? » demande encore une fois Laurent Weil (crédit : Canal +)

La rédaction  

Jury 2018

Quand les stars passent aux votes !

Voici une présentation du jury 2018 dans la catégorie long-métrage. Attention, cette année encore, il y a un sacré répertoire.

 

Cate Blanchett

Cate Blanchett
©2017 Jeff Kravitz/Getty Images

Récompensée aux Oscars pour son interprétation dans Aviator en 2005 puis en 2014 pour Blue Jasmine, il est presque aujourd’hui impossible de ne pas savoir qui est Cate Blanchett. Avec son regard perçant, sa voix aussi douce que glaciale, l’actrice australienne est l’une des actrices les plus reconnues dans le monde du cinéma et a depuis longtemps prouvé à tous que l’instant d’un film, elle peut devenir une toute autre personne. Passant de la reine des Elfes (dans les films Seigneur des Agneaux et The Hobbit) à l’une des reines les plus emblématiques d’Angleterre (les films Elizabeth), la présidente du jury 2018 continue toujours après 30 ans de carrière de nous surprendre par son talent.

A voir prochainement dans : Ocean’s 8, 2018 / Mowgli, 2018

Kristen Stewart

Kristen Stewart
© Emma Mcintyre/Getty Images

Aperçue dès son plus jeune âge dans Panic Room ou encore dans Into the Wild, la saga Twilight a propulsé la carrière de Kristen Stewart. À 28 ans, la jeune femme a définitivement tourné la page des vampires et loups-garous, comme la plupart d’entre nous d’ailleurs (excepté quand il s’agit du dilemme éternel : team Jacob ou team Edward). L’actrice américaine a depuis collaboré avec les plus grands dans Still Alice (2015) ou encore Café Society (2016) et est devenue une actrice incontournable.

A voir prochainement dans: Underwater, 2018

Léa Seydoux

Léa Seydoux
©2018 Pascal le Segretain/Getty Images

Connue dans le monde entier pour sa chevelure bleue – Ah La vie d’Adèle – Léa Seydoux fait partie de cette jeune génération d’acteurs français qui se voit ouvrir les portes du cinéma américain ! Femme déterminée dans le dernier James Bond, cette attitude contraste avec la fraîcheur et la sensibilité qu’elle dégage dans des rôles plus sobres tel Judi dans la Belle personne.

A voir prochainement dans : Kursk, 2018

Robert Quediguian

Robert Quediguian
©2017 Claude Medale/Getty Images

Avec 5 sélections officielles et une récompense en 2011 pour son film Les neiges du Kilimandjaro, Robert Quediguian a plusieurs fois foulé le tapis rouge de Cannes. Accoutumé à s’entourer d’acteurs fétiches dont sa femme (Ariane Ascaride), le réalisateur français s’attache à exposer le monde qui l’entoure au quotidien et à revendiquer son engagement politique. Une histoire de fou en est d’ailleurs le parfait exemple.

Dernier film en date : La Villa, 2017

Denis Villeneuve

Denis Villeneuve
©John Sciulli/Getty Images

Denis Villeneuve est un réalisateur et scénariste canadien particulièrement doué dans le genre thriller psychologique. Que se soit dans Prisoners (2013) ou Enemy (2013), I‘atmosphère créée par le réalisateur tient le spectateur en haleine. C’est avec Premier contact (2016), que le cinéaste se lance dans des projets de science-fiction de plus grande envergure, qui aboutiront pour ce film à 8 nominations aux Oscars et pour Blade Runner 2049 à 2 Oscars, ainsi qu’une sélection à Cannes l’an passé.

Prochain film : Dune, 2019

Andreï Zviaguintsev

Andeï Zviaguintsev
©Getty Images

L’attachement particulier que met le réalisateur russe à dépeindre des personnages désespérés à la recherche d’un avenir meilleur, caractérise le style « tragique » du cinéma d’Andreï Zviaguintsev. L’incroyable intensité qui se dégage de ses films lui a d’ailleurs valu de nombreuses distinctions. Sur 5 films réalisés, 3 d’entre eux reçoivent des récompenses au festival de Cannes dont le prix du scénario pour Léviathan (2014) et le prix du jury 2017 pour Faute d’Amour.

Aucun film à venir pour l’instant

Chang Chen

Chang Chen
©2015 Loic Venance/Getty Images

Si l’acteur taïwanais est une star sur le continent asiatique, Chang Chen s’est fait connaître du public mondial pour avoir joué dans des films d’actions et d’arts martiaux ayant eu un succès international. Il joue ainsi aux côtés de Michelle Yeoh (The Lady) dans Tigre et Dragon en 2000, dans Brotherhood of Blades en 2014 et un an après dans The Assassin.

Dernier film en date : Mr. Long, 2017

     Ava DuVernay       

Ava DuVernay
©J. Merritt/Getty Images

Ava Duvernay est une des révélations de l’année 2014 avec son film Selma.  Nominée aux Oscars et aux Golden Globes, le film reprend le combat des droits civiques durant la marche de Montgomery (Alabama) en 1965 et du rôle de Martin Luther King lors des évènements. L’américaine devient également avec ce film la première réalisatrice noire à être nominée aux Golden Globes.

Dernier film en date : A Wrinkle in time, 2018

Khadja Nin

Khadja Nin
©Getty Images

Plus connue sous son nom de scène que de son vrai nom, Jeanine Rema, alias Khadja Nin, est une chanteuse de variété d’origine burundaise. L’artiste se fait connaître en France dans les années 1995 avec le tube Sambolera mayi son, qui sera à l’antenne tout l’été 1996. S’inspirant à la fois de sa culture africaine et des sons plus occidentaux, sa discographie comporte de fameuses reprises tel que Free de Steve Wonder, qu’elle renommera Sina mali, sina déni.

Dernier album en date: « Ya », 1998

Manon SB.

Cannes année zéro

À l’heure où le tapis rouge commence à exhaler son parfum de neuf en bas des marches, et où l’excitation monte à l’approche des premiers flashes, tous les commentateurs s’accordent à dire qu’un vent de nouveauté souffle cette année sur le festival. On l’attendait en 2017 à l’occasion du 70e anniversaire… mais il fallait commémorer, fêter, autrement dit garder l’œil dans le rétroviseur. 2018 : changement de programme. Le rétroviseur regardera vers l’avant ! Oui, je sais, c’est un paradoxe…

La première surprise est venue lors de la conférence de presse présentant la sélection le 14 avril. Depuis 2002, première sélection de Thierry Frémaux, on reprochait au programmateur de faire ronronner les grands noms, et de distribuer les bons points comme des abonnements à vie. Résultat, il fallait chercher dans les sections parallèles, ACID, Quinzaine et Semaine, les pépites du cinéma de demain. Malgré de belles réussites (La vie d’Adèle de Kechiche ou Winter Sleep de Ceylan), la sélection officielle finissait par sentir le formol avec des films parfois académiques, souvent empesés.

Un simple coup d’œil sur la liste des films 2018 suffit à mesurer le changement de cap. Beaucoup de premiers films, pas mal d’inconnus, et un parfum de fresh air mâtiné de trublions politiques. Du résistant iranien Jafar Panahi à la potion anti-Poutine de Kirill Serebrennikov en passant par le dissident chinois Jia Zhang-Ke, le moins que l’on puisse dire est que les films de 2018 affichent l’engagement en bandoulière, avec une Cate Blanchett en présidente du jury estampillée Me-too. 1968-2018 : la sélection de Godard 40 après son coup d’éclat cannois de 68 fait aussi figure de clin d’œil. La révolution en marche. Paris 8-Cannes, même combat !

Mais le renouvellement ne s’arrête pas à l’écran. C’est tout le festival qui paraît se réinventer. Les accrédités reçoivent ces jours-ci quelques bonnes nouvelles : masterclasses plus ouvertes et plus nombreuses, nouvel accès aux marches, et surtout nouvelle organisation des projections à partir d’un judicieux système de multidiffusion dans les salles Lumière et Debussy, qui devrait permettre de diminuer les files d’attente et de faciliter d’accès aux projections. Bref, breaking news : cette année à Cannes, on va peut-être pouvoir voir des films !

Jocelyn Maixent

Time’s Up et #MaintenantOnAgit bientôt au festival de Cannes 2018 ?

Le scandale qu’a causé l’affaire Weinstein en octobre dernier a bouleversé le déroulement des cérémonies de remises de prix dans le monde du cinéma. Actrices et personnalités se sont mobilisées pour dénoncer les violences faites aux femmes. Retour sur les différents mouvements qui ont marqué 2018.

 

La création du collectif Time’s up

Plus de 300 personnalités ont lancé peu avant la cérémonie des Golden Globes le mouvement Time’s Up (littéralement le temps est écoulé) en solidarité avec les victimes d’agressions sexuelles et de harcèlement. Il s’inscrit dans la lignée du mouvement #MeToo, créé juste après les révélations du New York Times sur les actes du producteur Harvey Weinstein, et visant plus largement à la libération de la parole des femmes de tous milieux.

Actrices et personnalités, toutes vêtues de noir, pour dénoncer les violences faites aux femmes avec le mouvement Time’s up. Crédits : Valerie Macon/AFP/Getty Images

C’est ainsi que la plupart des acteur.rice.s arboraient une tenue complètement noire et des badges Time’s up sur le tapis rouge des Golden Globes le 7 janvier dernier. Une « déclaration solidaire » pour l’actrice Claire Foy, à l’affiche de la série The Crown.

Les spectateurs retiendront également le discours de la présentatrice Oprah Winfrey qui a clamé devant un public debout que « depuis trop longtemps, les femmes n’ont pas été entendues ou crues si elles osaient dire la vérité face au pouvoir de ces hommes. Mais c’est fini pour eux ! C’est fini pour eux [« Time’s up » le nom du mouvement] ».

Sabo et le scénario de Three Billboards

Le street-artist Sabo, connu pour être provocateur, a repris le scénario du film nominé aux Oscars Three Billboards Outside Ebbing, Missouri et recouvert plusieurs panneaux publicitaires d’Hollywood qui faisaient la promotion des Oscars.

Un des trois panneaux créés par l’artiste Sabo lors des oscars, où il est écrit « Et l’oscar pour le plus gros pédophile revient à… ». Crédits : The Hollywood Reporter

Il a remplacé les affiches par des messages inspirés du film, mais qui cette fois attaquaient directement l’industrie du cinéma, notamment à propos des accusations de pédophilie et de violences sexuelles de certaines personnes phares de la cérémonie. Des messages chocs pour dénoncer la lenteur des poursuites judiciaires malgré les nombreuses révélations faites par la presse.

#MaintenantOnAgit

Inspiré par le mouvement Time’s up lors de la cérémonie des Golden Globes, le monde du cinéma français a lui aussi voulu dénoncer les violences faites aux femmes, à sa manière. C’est lors de la cérémonie très française des Césars qu’une centaine d’actrices et de personnalités ont lancé un appel aux dons avec comme mot d’ordre « Maintenant on agit », principalement sous la forme d’un hashtag.

Pour cette opération, l’Académie des Césars s’est associée à la Fondation des femmes pour proposer un ruban blanc aux invités, afin de pouvoir montrer leur soutien à la cause. L’objectif de la collecte de fonds est fixé à un million d’euros, un premier bilan pourra être effectué lors du Festival de Cannes.

Ces mouvements vont continuer à prendre de l’ampleur, puisque pour beaucoup ce n’est que le début. Avec la portée internationale du Festival de Cannes, spectateurs et invités peuvent s’attendre à un double mouvement, qui allierait #MaintenantOnAgit à Time’s up et #MeToo, voire à la création d’un nouveau mouvement féministe. A côté de cela, selon Les Echos, deux sociétés californiennes ont d’ores et déjà acquis les droits qui leur permettront de faire un film sur la génèse du mouvement #MeToo.

EDITO – From Paris to Cannes

Sortez les carnets, les appareils et les micros. Admirez les paillettes, les couleurs et les marches. Sous vos yeux ébahis et vos cœurs en extases se dresse l’illustre Cannes. La belle et son walk of fame vous tend ses bras drapés de rouge. Ses jours et ses nuits attendent, capricieux et impatients, de vous trouver, vous emporter, vous emmener au cœur du Palais.

Nous n’avons guère besoin de plus de mots pour vous le faire comprendre. Ladies and Gentleman, le Festival de Cannes vous ouvre très bientôt ses portes. Toute la rédaction de Clap 8 composée de 21 élèves de l’Université de Paris 8 se rend sur place pour votre plus grand plaisir. Ces jeunes femmes et jeunes hommes ne possèdent qu’un seul but : que devant votre écran le doux parfum des stars vous titille, les applaudissements des salles obscures vous surprennent, les frissons des sélections vous parcourent, les flashs des photographes vous interpellent et le cœur du Festival de Cannes vous enivre.

Nous ne venons pas démunis. Nos sacs se remplissent d’appareils photo, de caméras et autres smartphones pour vous dévoiler en photos, en vidéos et en live l’effervescence de cette ville aux mille couleurs. Tandis que nos esprits cogitent à la recherche de l’interview parfaite, de l’article idéal et de l’écrit qui fera bondir votre cœur de sa cage, à vous donner des envies de voyage.

Chers lecteurs, du 15 au 20 mai, Clap 8 sera vos yeux
et vos oreilles au Festival de Cannes !

Nos rubriques aux noms charmeurs vous permettront de suivre cet événement cinématographique avec plaisir… We Cannes do it vous retranscrira pendant ces cinq jours tout ce qui compose ce festival, des critiques de films en allant jusqu’à l’analyse des modes vestimentaires des stars, tout va y passer. Nous ne manquerons pas de vous proposer L’interview qui tue au détour d’une file d’attente ou d’une promenade en bord de mer, sans omettre de vous offrir chaque soir un JT digne des plus grands : abandonnez votre télévision, nous sommes là pour vous. Avec nous, vous pourrez suivre La journée d’un accrédité en lisant nos petits secrets, des coulisses du festival jusqu’aux astuces en tout genre pour rendre ces cinq jours inoubliables, de Paris à Cannes. Et bien sûr, avec Rien que pour vos yeux nous dévoilerons nos plus beaux clichés de la journée pour que vous ne loupiez absolument rien des merveilles de la ville.

Nous savons qu’il est désormais difficile pour vous d’attendre notre venue au Festival de Cannes. Séchez vite vos larmes. À partir de maintenant, les rédacteurs.rices de Clap 8 vous proposeront quelques articles pré-Cannes pour vous aider à contenir vos trépignements.

Déroulez le tapis rouge !

Affiche du Festival de Cannes

LA REDACTION