He Cannes do it ! -Interview de Simon Chevalier – #2

Comme promis, c’est à Cannes que je retrouve Simon Chevalier le samedi 19 Mai sur un des balcons du Palais destinés aux interviews, pour nous faire part de son bilan : a-t-il réussi à respecter ses objectifs ? Quels ont été les films marquants selon lui ? Vous saurez ainsi les opinions et le regard d’un passionné du 7ème art sur la 71ème édition du festival de Cannes.
Wendy Hajnala

La tendre indifférence du monde: un tableau poétique

La tendre indifférence du monde (Laskovoe bezralichie mira) de Adilkham YERZHANOV (son 5ème film) est une poésie cinématographique. Il a été présenté dans la sélection « Un certain regard. »

Saltanat et Kuandyk habitent tous les deux à la campagne où ils mènent une vie paisible. Saltanat vient de perdre son père et sa famille est écrasée sous les dettes qu’il a laissées. Pour aider sa famille, Saltanat se voit obligée de se marier à un homme d’affaire riche. Elle doit donc se rendre à la ville pour rencontrer son futur mari. Kuandyk décide de l’accompagner et de veiller sur elle. Le couple doit alors faire face à une suite d’événements cruels. Guidés par une citation de L’Etranger d’Albert Camus, ils vont essayer de se battre contre le sort.

On peut reprocher à la narration d’être linéaire malgré tous les malheurs qui arrivent aux protagonistes. Le film est entièrement contemplatif et les personnages sont, dès le début, voués à une fin tragique, des Roméo et Juliette kazakh. Mais quelle belle histoire d’amour ! Un amour si pur et innocent qu’il est difficile à trouver au cinéma dernièrement.

Le réalisateur ne voulait pas que ses personnages soient des clichés et il a réussi. Saltanat et Kuandyk sortent du lot. Kuyandyk est quelqu’un de sincère et bon enfant. Son talent et son imagination permettent à Saltanat de fuir la réalité. Saltanat est pleine de courage et de détermination. Ils sont tous les deux coupés des rouages de cette société corrompue dans laquelle ils vivent. Et surtout, ils s’accrochent à leurs convictions jusqu’à la fin.

Ce petit bijou est une histoire intemporelle et se repose sur la photographie. C’est presque un tableau animé, hyperréaliste. Les plans sont fixes et longs. La caméra semble « extérieure » à l’intrigue, elle semble ne pas prendre de parti pris. Mais c’est juste une illusion, car cette caméra fixe nous montre l’innocence de ses deux personnages et nous permet de nous y attacher. Les paysages sont trop grands pour les personnages. Le cadre est de plus en plus oppressant et étouffant. Le film est rempli de métaphores, comme la symbolique de la robe rouge remplacée par une robe noire, pour n’en citer qu’une.

Ce long métrage plein de douceur est le deuxième film kazakh présenté à Cannes cette année. L’autre, Ayka de Serge Dvortevov a fait remporter le prix d’interprétation féminine à l’actrice Samal Yeslyamova.

La lenteur apparente du film n’enlève rien à sa beauté particulière. Telle une peinture ou poésie, le film se savoure.

 

Petit tour à la radio

Au Festival de Cannes, vous pouviez retrouver toute l’équipe de Radio Festival qui, chaque jour, vous proposait plusieurs émissions de critiques, d’humour et de légèreté.

Juline et moi, les éternelles Juju, sommes allées à la rencontre des membres de l’émission Village Festival. Nous y avions fait la rencontre de Bertrand Guerry dont l’interview se trouve juste ici.

On vous laisse découvrir les coulisses dans cette petite vidéo.

« Noire n’est pas mon métier » – libérer toutes les paroles

noire n'est pas mon métier - montée des marches
©ParisMatch

Chloé et moi avons rencontré les 16 comédiennes à l’origine de l’ouvrage « Noire n’est pas mon métier ».

Après avoir monté les marches du Palais des Festivals, le collectif organisait une séance de dédicace dans un hôtel de luxe cannois. L’occasion d’aborder la question des discriminations raciales au sein du cinéma français.

Intervenantes : Assa Sylla, Shirley Souagnon, Firmine Richard et Rachel Khan

La montée des marches: entre stress et paillettes

Crédit photo: Emilie Delaunay

La montée des célèbres marches rouges était sur ma bucket list de ce séjour et la majorité d’entre nous a pu atteindre cet objectif vendredi 18 mai, lors d’une représentation supplémentaire de Solo : A Star Wars Story. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le stress l’a quelque peu emporté sur les paillettes. Récit

Jeudi 17 mai, matin. Je commençais à désespérer de n’avoir encore reçu aucune invitation pour les projections du soir jusqu’à ce qu’on nous annonce qu’une séance supplémentaire venait d’être ajoutée pour Solo : A Star Wars Story le lendemain en soirée. Ni une, ni deux, je saute sur mon téléphone afin de demander une invitation, même si j’avais déjà vu le film deux jours auparavant. J’ai tout de même hésité quelques minutes, craignant de prendre la place de quelqu’un qui aurait réellement souhaité assister à cette projection mais l’envie de monter les marches était bien trop forte, j’aurais vraiment été déçue de repartir de Cannes sans avoir accompli cet objectif. C’est donc un peu anxieuse que je surveillais le fameux e-mail me confirmant mon invitation, mes compatriotes de séjour l’ayant déjà tous reçu très rapidement. Le verdict tombe environ une heure plus tard : mon invitation est validée. C’est donc toute excitée que je me précipite retirer le précieux sésame au palais des festivals et que j’ai commencé à me préparer mentalement à mon petit moment de gloire.

Vendredi 18 mai, après-midi. Tout était prévu. Nous devions assister à la cérémonie de clôture de la catégorie Un Certain Regard à 16h30, avec une fin estimée environ deux heures plus tard, puis je devais remonter à l’hôtel me préparer pour le grand soir. Avec une invitation pour 22h30, cela semblait plus que jouable mais tout ne s’est pas réellement passé comme prévu … Après la projection, nous nous apprêtions à aller acheter un petit encas avant de remonter à l’hôtel lorsque l’une d’entre nous se rend compte qu’elle a oublié son téléphone dans la salle de projection. S’en suivent alors vingt minutes de stress et d’angoisse avant l’heureux dénouement : le précieux fut retrouvé. Nous repartons donc en quête d’un repas sur le pouce avec près de 30 minutes de retard sur notre planning, ce qui a commencé à fortement me stresser je dois l’avouer. J’avais imaginé cette préparation joyeuse, entre filles, chacune s’occupant des cheveux et du maquillage de l’autre. A la place, j’ai pris la douche la plus rapide de ma vie, enfilé ma robe sans même prendre le temps de m’admirer dans le miroir, abandonné le fait de retoucher mon maquillage et essayé de me concentrer sur mes cheveux que je souhaitais onduler pour ce grand moment. Ma coiffure ne sera plus que néant avant même notre départ de l’hôtel. C’est donc dépitée et déçue de cette préparation plus qu’expédiée que je redescends avec mes collègues de voyage en direction du palais des festivals.

22h. Le fameux moment approche. Nous attendons, nos invitations précieusement à la main, afin d’entrer dans le Théâtre Lumière. Je commence à être impressionnée à la vue des photographes et des spots lumière. En arrivant près du but, je me rends compte que nous ne passerons pas devant les photographes, ce qui contribue grandement à me détendre. Quelques minutes plus tard, l’agent nous donne le feu vert, c’est parti : les marches sont à nous pour les prochaines secondes. Car oui, ce moment se compte en secondes tant il est bref … Je suis au summum de la concentration : un pied devant l’autre, doucement mais sûrement, le bas de la robe dans la main afin de ne pas trébucher. Dix secondes plus tard, je suis en haut, fière que tout se soit bien déroulé. On me demande mon invitation et je me sens tout de même un peu comme une célébrité, conduite par une hôtesse à la place attitrée indiquée sur mon invitation. Je m’assois entre deux messieurs vêtus d’élégants smokings et tente de rester digne dans mon siège afin de rester crédible dans ma robe de soirée, mais mes chaussures à talons ont eu raison de moi. Elles ont terminé à terre et moi avachie dans mon siège, comme à mon habitude.

Ces dix secondes de montée des marches auront donc été source de stress pendant toute une journée, la projection aura été la moins confortable de toutes, ayant mal aux pieds et étant serrée dans ma robe, mais je l’ai fait, j’ai monté les marches du célèbre Théâtre Lumière en robe de soirée, et je mesure le privilège que cela a été le temps d’une soirée.