Petit tour à la radio

Au Festival de Cannes, vous pouviez retrouver toute l’équipe de Radio Festival qui, chaque jour, vous proposait plusieurs émissions de critiques, d’humour et de légèreté.

Juline et moi, les éternelles Juju, sommes allées à la rencontre des membres de l’émission Village Festival. Nous y avions fait la rencontre de Bertrand Guerry dont l’interview se trouve juste ici.

On vous laisse découvrir les coulisses dans cette petite vidéo.

Un certain courage #2

A l’écriture du premier récap’, teinté d’humour et de bonne volonté sûrement couplé à une vantardise mal placée, je ne pouvais me douter que la chance, le culot, l’audace, nous mèneraient, mes amis et moi, à vivre tant d’expériences à Cannes.

Rendons déjà honneur à notre bonne étoile qui, lors de notre première soirée à la grande et fameuse Villa Schweppes, permit à notre groupe d’une quinzaine de jeunes journalistes d’entrer devant toute la file. Quelle bonheur, la tête haute, de passer en priorité à une soirée sur invitation, dépassant d’un pas nonchalant la cinquantaine de fêtards présents. Le plus heureux devait être Robin, fier et unique garçon de la bande dans sa tenue de pingouin qui accompagnait ces charmantes demoiselles.

Conseil aux garçons : une robe, des talons et un sourire à toutes épreuves, vous savez ce qu’il vous reste à faire. Même le carré VIP n’a pas résisté longtemps à notre venue. Lâchant dignement les mots « influenceuse » et « invitée », le vigile ne pu que s’écarter pour nous laisser gravir les marches noires. De notre côté, c’est nous qui n’avons pas résisté aux cocktails servis, échange de bons procédés.

Notre épopée à la villa ne s’arrête pas là. Tout en entrant illégalement (à force d’enrouler les hôtes.esses mon karma doit être dans le négatif) dans l’espace presse, nous faisons la rencontre de Victor* qui nous offre le numéro du responsable des listes « invités ». Vous connaissez déjà la suite de l’histoire … Ni une, ni deux je prends mon téléphone et récupère quelques places sur liste pour la soirée du lendemain, avec Eddy de Pretto en guest. Arrivée comme des princesses (avec notre seul et unique prince), nous passons la sécurité en annonçant le saint graal « six personnes sur liste pour Clap 8 ».
Checkpoint.
Digne des films hollywoodiens. Simple. Basique.

Julia  & Juline

Un certain courage

Festival de Cannes jour 1. Mon culot et moi sommes bien arrivés dans la ville du tapis rouge, accrédités comme il se doit avec une petite carte orange : inférieur aux stars, inférieur aux invités, inférieur à la presse.

Loin de moi l’idée de me plaindre, ce petit rectangle me permet d’accéder à nombres d’espaces, entre les terrasses et les salles, mon bonheur est à son comble (passons sous silence les heures d’attente dans les files qui, au final, me permettent de laisser libre court à ma plume). Pourtant, lors de nos balades hasardeuses, ma fidèle acolyte Juline et moi voulions repousser encore et encore les limites de nos pass orangés. Dès le premier jour, certes.

Déambulant parmi les étages du Grand Palais, rien ne pouvait nous arrêter. Cette semaine, à Cannes, nous endossons le rôle de journaliste pour Clap 8, alors comportons-nous comme tel. Je souhaitais faire des repérages pour des lieux d’interviews ou de tournage de JT pour nos lecteurs adorés, quand l’impensable se produit : l’accès à l’espace presse en terrasse nous est refusé. Évidemment, nos accréditations ne nous le permettent pas. Ni une, ni deux, armé d’un jeu d’acteur défiant toute la sélection officielle, nous nous étonnons d’un tel refus et entamons procès et arguments pour atteindre la terrasse promise. Après moult discussions (environ 45 secondes chrono) nous accédons à l’espace des privilégiés ! O joie ! Mais la désillusion arriva bien vite car la terre sainte n’était remplie que de journalistes travaillant avec sérieux sur quelques tables en bois terni, même la vue sur les ruelles n’a rien pu sauver.

Gambadant joyeusement dans les espaces du festival, les « Juju » comme nous sommes appelées, nous traversons d’un pas décidé les allées. Quelle ne fut pas notre surprise en nous rendant compte de notre arrivée dans le village international, au niveau des cocktails russes. Tout le monde nous regardait d’un œil interrogé : deux frêles jeunes filles, lunettes de soleil vissées sur le crâne, habillées comme le petit peuple (en langage Cannes cela signifie aucunes gambettes dénudées à l’horizon) et visiblement peu habilitées à sillonner les tentes blanches des différents pays. Peu importe. Nous continuons notre petit trajet à travers la foule VIP de Cannes, satisfaites de notre infiltration.

La journée nous offrit un dernier moment où le culot bien placé joua en notre faveur. Intriguée par le studio radio situé en plein milieu du pavillon Méditerranée, je passe furtivement ma tête blonde à travers la porte, demandant informations et plaçant subtilement mes pions. 10 minutes plus tard, Juline et moi repartons avec le contact de la chargée du studio ainsi qu’un rendez-vous pour capter une émission et interviewer les critiques cinémas présents. Que demande le peuple ? Sûrement quelques soirées croustillantes à investir de la même manière… ce qui ne tardera pas à se produire je vous l’assure !

Si les cinéphiles, eux, ont un certain regard, nous avons un certain culot.

Julia & Juline